Essai

La deuxième circonscription du Gard

La deuxième circonscription du Gard est caractérisée par sa démographie dynamique, sa population jeune et son taux de chômage important. Elle compte 113 907 habitants, un âge moyen de 40 ans et un taux de chômage de 16.7 %. C’est un territoire péri-urbain, avec une forte identité camarguaise, situé entre deux grosses agglomérations, Nîmes et Montpellier.

Trois unités paysagères

  • le jardin des Garrigues au nord du Pays, Porte des Cévennes. Elle se caractérise principalement par de petites plaines et des vallons consacrés à la culture de la vigne, de l’olive et des terres sèches d’élevage du taureau de Camargue.
  • la plaine jardinée au centre du Pays. Des paysages de plaines et de coteaux, qui caractérisent cet espace, principalement favorable à la viticulture et à une riche polyculture (vergers, légumes,…).
  • le jardin de l’eau au sud du Pays porte du Littoral. Une forte présence de marais, d’étangs, de zones humides exceptionnelles hébergeant une grande diversité écologique qui caractérise la Petite Camargue Héraultaise et la Camargue Gardoise.

Une démographie galopante

  • la plus grosse commune est Saint-Gilles, avec 13 564 habitants. Puis viennent Vauvert, 11 200 habitants, Aigues-Mortes, 8 543 habitants et le Grau-du-Roi, 8 338 habitants.
  • le revenu médian est de 19 021 euros soit 1 585 € par mois contre 1 772 € au niveau national.
  • 23.5 % des résidents sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur mais des disparités fortes existent entre communes. Ainsi à Saint-Gilles ou Vauvert, près de 45% des résidents sont titulaires au mieux du brevet des collèges.
  • 6.9% des logements sont des logements sociaux mais avec encore des grandes disparités : 22% à Vauvert, 12% à Saint-Gilles contre 0% dans les petits villages du Sommiérois. Près de 65% des habitants sont propriétaires de leur résidence. Le pourcentage de personnes immigrées est de 7.6 %.

Une économie basée sur les services

  • des pics saisonniers significatifs (Le Grau-du-Roi voit sa population passer de 9 000 habitants à près de 110 000 en été).
  • 46 % des actifs ne travaillent pas sur le territoire.
  • 26,2 % des chefs d’entreprises ont 55 ans et plus.
  • le secteur tertiaire, les services emploient 72,9 % des salariés.
  • 37 % de la superficie totale du territoire est agricole. L’agriculture est essentiellement la viticulture et l’arboriculture.

Les problématiques de la circo

  • un taux de chômage élevé.
  • une forte saisonnalité de l’emploi (tourisme et agriculture).
  • une inadéquation entre l’offre d’emplois et la demande. Des entreprises ne parviennent pas à recruter alors que le taux de chômage est nettement supérieur à la moyenne nationale.
  • l’absence d’un lycée sur tout le territoire de la circonscription. Des difficultés d’accès à la formation.
  • une relative difficulté d’accès aux soins : manque de médecins généralistes et spécialistes. Pas d’hôpital local ou de maison de santé.